0  article(s)


plus d
16.00 EUR
JEAN-MARC JAFET Mes anges (JAZZ)

 

Référence : CRCD04-18
Date de sortie : 15/10/2004
Label CRISTAL RECORDS - Distribution Harmonia Mundi
ajout panier
  


Titres

  


Présentation

Généreuse, habitée, lyrique : la musique de Jean-Marc Jafet chante à tue-tête, le cœur y déborde de mélodies emplies de rires et de larmes, à l'image des univers qu'il affectionne…
Le hard bop de Cedar Walton, Horace Silver et Wes Montgomery, la riche tradition de l'accordéon : Jean-Marc sollicite tout l'éventail de sa sensibilité, en faisant appel à ses meilleurs amis. Car le bassiste est un fidèle. De Christian Escoudé à David Reinhardt, en passant par Babik Reinhardt, évoqué par Maurice Jafet, le propre père de Jean-Marc, et Sylvain Luc, son partenaire au sein du trio Sud, les guitaristes sont bien représentés. Mais le même phénomène se retrouve pour les pianistes, du camarade niçois Robert Persi au jeune Frédéric d'Oelsnitz, en passant par Jean-Yves Candela, et les batteurs, où un autre aîné, Jean-Paul Ceccarelli, alterne avec l'étoile montante Yoan Serra. Généreux, fidèle, Jean-Marc Jafet est ainsi, comme nombre de bassistes historiques du jazz, un formidable catalyseur d'orchestre : Cet album vient le confirmer, avec l'évidence du soleil de cette baie où les anges protègent les musiciens.
Arnaud Merlin
Producteur à France Musiques, journaliste à Jazzman

Ce nouvel album constitue un hommage aux hommes, musiciens ou non, et aux lieux géographiques qui ont marqué l'existence de Jean Marc Jafet.
Le commentaire de ce dernier sur le morceau éponyme du CD résume bien l'ensemble de l'album : « Musique pour tous les anges qui m'entourent, qu'ils soient de ce monde ou d'un autre».
Loin de vouloir révolutionner le jazz, Jean Marc Jafet nous offre aujourd'hui un album plus sentimental que technique. Une touche de légèreté, et de beauté accompagnée de souvenirs d'antan.
  

Presse

"« Jean Marc Jafet a su bâtir sur ce Cd une alchimie musicale grâce à ses amis. Jean Marc est ici à la contrebasse dès le morceau de bravoure « Mantega Righi », basé sur les harmonies de « Donna Lee ». Sylvain Luc, son complice de Trio Sud, est sublime dans « Sylvain et Yemanja ». Christian Escoudé, comme souvent est impétueux dans « In and Out » de Wes Montgomery et « Elles Dorment », valse à 5 temps (sic !). Dans ces titres, sans oublier « Mes Anges », Jafet se révèle un mélodiste d'exception. L'harmoniciste Olivier Ker Ourio a le souffle chaud, hérité de « Toots » Thielemans, et notre ami Robert Persi (retourné vivre à Nice) a toujours ce toucher du vrai pianiste. Enfin, les batteurs Jean-Paul Ceccarelli et Yohan Serra sont irréprochables. Avez-vous entendu le LA subtil de crotale à la fin de « Nelly » ? Ce CD est un Beau bijou d'artiste. »
GUITARIST, Francis Darizcuren, juin 2005

« C'est sur les percussions que jean Marc Jafet lance son premier dévolu au Conservatoire de Nice. Après les aventures de Trio Sud et Agora, on le retrouve bassiste aux côtés de Nicole Croisille et de Michel Jonasz. « Mes Anges » est son dernier travail en collaboration avec Sylvain Luc et Christian Escoudé. Jean Marc prépare aussi un album vocal avec des invités surprise. Son style musical est surtout basé sur le son fretless. D'abord influencé par Jaco Pastorius, il s'est forgé avec le temps un style solide et personnel en jouant avec le « gratin » des musiciens de sa génération. Sa collection de basses laisse entrevoir une Ibanez fretless, une Jazz bass et une Godin, de préférence branchées dans un Ampeg . »
GUITARIST, juin 2005

« Jean-Marc Jafet est une musicien de cœur. Plus que sa technique, remarquable, c'est sa sensibilité extrême qui éclate quand il pose les doigts sur les cordes de sa contrebasse, l'instrument qu'il a adopté en lieu et place de la basse électrique de ses débuts, pour accompagner ses innombrables compagnons de route – la liste est trop longue et trop variée pour n'en citer que quelques-uns. Et c'est encore cette sensibilité qui séduit d'emblée dans ses compositions, comme celles qu'il signe sur ce nouvel album, le cinquième sous son nom. Des compositions à son image, généreuses, tendres, et, surtout chantantes, toutes inspirées et dédiées à ses proches (famille, amis, musiciens…), qui s'appuient sur des thèmes limpides et légers, touchants et persistants, profondément imprégnés de la tradition de la chanson populaire française. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'il les interprète entouré, comme à son habitude, de fidèles complices (Yohan Serra et Jean-Paul Ceccarelli à la batterie, Robert Persi et Jean-Yves Candela aux claviers), avec en plus, selon les titres des « invités » tels que Jean-Jacques Franchin à l'accordéon, Olivier Ker Ourio à l'harmonica, Raul Mascareinas à la flûte, Carjez Gerretsen à la clarinette ou encore Sylvain Luc, Christian Escoudé, David Reinhardt et Mauricejafet (son père !) à la guitare. Point d'esbroufe ou de discours bavard, simplement une musique délicate, ouverte et sensuelle, où chacun s'exprime dans un parfait équilibre, dans les exposés comme dans les chorus. Un joli disque, à partager avec ses amis… »
JAZZMAN, 4 étoiles, Felix Marciano, décembre 2004

« L'un des meilleurs contrebassistes français, qui plus est fidèle à ses compagnons de route. On l'a vu assurer quelques soirées du côté de Gruissan avec Ceccarelli. Dans ce nouveau disque, Jafet fait état de son talent de catalyseur, regroupant avec bonheur des amis musiciens comme Sylvain Luc, Babik Reinhardt, Christian Escoudé ou Jean-Paul Ceccarelli, mais aussi de jeunes prometteurs comme le pianiste Yoan Serra. Cette superbe association permet ainsi à Jafet d'aller à la rencontre de ses anges, en évitant les démons de la surexposition technique. Une musique fluide, très émotionnelle, avec dix titres de sa propre composition et deux seules reprises (« In and out » du guitariste Wes Montgomery et «Ffirm roots » du hard bopper Cedar Walton). Tout cela est vraiment abouti chez Jean-Marc Jafet, et ses angéliques mélodies finissent par nous enchanter. »
L'INDEPENDANT, 30 octobre

« Ancien batteur devenu depuis longtemps un bassiste à l'agenda bien rempli, Jean-Marc Jafet signe avec « Mes Anges » son cinquième disque. Comme d'habitude (pour reprendre l'expression d'un célèbre électricien amateur), les compositions de Jean-Marc (neuf des douze titres) pourraient être d'excellentes chansons, tant elles sont mélodiques, et comme d'habitudes, il s'est entouré d'excellents musiciens et amis pour les faire vivre(les compositions, pas les musiciens), avec notamment aux tambours Yohan Serra, Jean-Paul Ceccarelli et Denis Benarrosh. On notera sur une ballade la présence de monsieur Jafet père à la guitare, dont la musicalité semble avoir profité à monsieur Jafet fils… Pour la première fois uniquement à la contrebasse, Jean-Marc réussit une fois de plus (mais pas une fois de trop) à nous faire partager son univers musical lyrique, convivial et chaleureux. Un cœur, deux oreilles, trois raisons d'écouter « Mes Anges ».
BATTEUR MAGAZINE, Thierry « Fantobasse » Menu, décembre 2004

« L'excellent contrebassiste Jean-Marc Jafet (cf. l thème-solo d'ouverture, Mantega righi composé sur les harmonies du parkerien Donna Lee) a eu la riche idée de réunir en studio quelques amis musiciens pour de passionnantes rencontres. Hormis trois compositions de Wes Montgomery, Cedar Walton et Horace Silver (respectivement In And Out, Firm Roots, Barbara), le matériau est dû à sa plume lyrique. Chaque interprétation est une réussite collective, et à défaut de pouvoir s'attarder sur chacune, nous choisirons Nice Babik, émouvant hommage au fils de Django ; Sylvain, où le dédicataire, Sylvain Luc, confirme ses dons exceptionnels ; et In And Out, avec un Escoudé impérial dans son évocation du grand Wes. »
JAZZ MAGAZINE, Claude Oberg, janvier 2005
"