Retour en haut

LIGNE SUD TRIO

CRISTAL RECORDS

LIGNE SUD TRIO

PARTAGER

BIOGRAPHIE

Ligne Sud Trio (pour deux marseillais et un niçois) nous propose un jazz avec des mélodies ciselées avec délicatesse, joué par trois excellents musiciens qui partagent des moments de bonheur spontanés…

  • CHRISTIAN GAUBERT

Parallèlement à ses études au conservatoire de Marseille, où il a obtenu ses premiers prix de piano et de solfège, travaillé en classe de perfectionnement avec Pierre Barbizet, étudié l’orgue et l’harmonie avec Marcel Prévot, suivi les classes de pédagogie et d’histoire de la musique, il constitue son premier orchestre de danse, son premier trio de jazz (avec Marcel Sabiani) ainsi qu’un big band pour lesquels il écrit ses premières compositions et arrangements. Ce qui lui donne l’occasion, dans les années 60, de participer à de nombreuses manifestations jazzistiques dans sa région (concerts avec Art Blackey, les Jazz Messengers…)
A Paris, il joue occasionnellement dans des clubs de jazz (le Blue Note avec Johnny Griffin) et multiplie les rencontres avec des hautes figures de la variété auxquelles il apporte sa science de l’arrangement et de la direction d’orchestre : Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Mort Shuman, Nicole Croisille, Bernard Lavilliers, Guy Marchand, Cerrone…

Dès 1965, il signe son premier contrat d’artiste chez Barclay (instrumentaux), dirige plusieurs « Olympia », sort son premier album au Japon (Sound of love) chez United Artists qui lui signe un contrat de chef d’orchestre pour musiques de films durant cinq ans, ce qui lui donnera l’occasion de diriger de nombreux orchestres londoniens. En 1974 et 1978, il sort chez Tréma deux albums en tant que compositeur-interprète, et « Last Exit », un album Funky-Jazz – dance, produit par G.M Music & Monstros Music, réédité mondialement en 2006.

C’est aussi à travers le cinéma et la télévision que Christian Gaubert parvient à faire la synthèse entre ses différentes cultures musicales. Son parcours est marqué par une rencontre déterminante avec Francis Lai, dont il devient l’arrangeur d’élection, comme en témoigne une longue série de partitions à haute sophistication : Vivre pour vivre, Love story, Mayerling, Itinéraire d’un enfant gâté, Les yeux noirs… Il dirige de nombreux concerts dirigés par celui-ci au Japon, à Londres et en France qui contribueront à faire vivre ces partitions.

  • ANDRE CECCARELLI

André Ceccarelli est considéré comme l’un des meilleurs batteurs français de notre époque. Celui qui est souvent surnommé « Dédé » a joué et enregistré avec les plus grands, et ce, quel que soit le style. Mais on est tout de même en mesure de dire qu’il est principalement un batteur de jazz. Non content de jouer « live », il a aussi enregistré un grand nombre de disques sous son nom.
Il est né à Nice en 1946, et s’est rendu à Paris dès l’âge de quatorze ans. Cela dit, il a vraiment débuté dans les années 1960, grâce à son père également batteur, au sein de

l’orchestre d’Aimé Barelli. Après avoir joué avec de nombreux artistes de variétés, il se dirige vers le Jazz, ce qu’il a toujours voulu faire depuis ses débuts. Il « pige » avec les plus grands jazzmen de l’époque, tout en devenant un musicien de studio très actif.
À partir de la fin des années 1960, il collabore avec l’arrangeur et trompettiste Ivan Jullien avec qui il enregistre notamment l’album Synthesis (1978). Il participe aussi au groupe éphémère Troc (1972) avec Jannick Top et Alex Ligertwood et signe deux albums de style fusion, l’un pour le label BINGOW enregistré entre 1972 et 1973, l’autre pour le label Carla en 1977 (avec d’anciens membres de Troc). En 1974, il est de l’orchestre de Jean-Claude Naude et participe à l’album A New Kind of Ban.
En 1979, il entame une carrière aux États-Unis aux côtés de Bunny Brunel et Chick Corea. Un problème de santé l’oblige à rentrer en France. Sa « convalescence » lui permettra de réaliser chez lui un album très personnel sorti en 1981, Ceccarelli.
On peut considérer que l’une des années les plus importantes de sa carrière est 1987, car c’est celle de la rencontre avec Dee Dee Bridgewater. Dès lors, Dee Dee Bridgewater voudra toujours l’avoir dans son groupe.

Il enregistre désormais sous son nom, et ce depuis les années 1990. Avenue des Diables Blues (2005), en trio avec Joey DeFrancesco et Biréli Lagrène, est un parfait exemple de son jeu : swing terrassant (notamment sur les tempos ultra rapides), son et toucher merveilleux, et surtout, drive unique aussi bien aux baguettes qu’au balais.

Avec Sylvain Luc et Jean-Marc Jafet il fonde en 2000 le Trio Sud et est le parrain officiel du festival de jazz parisien Jazz à toute heure (Yvelines) depuis 1999.

Il reforme le groupe Troc en novembre 2011 avec Jannick Top (basse), Alex Ligertwood (chant), Éric Legnini (claviers) et Claude Engel (guitar).

  • JANNICK TOP

C’est à Marseille à la fin des années soixante, que commence le parcours musical de Jannick Top. Au lycée musical, il étudie le piano, le violoncelle, l’harmonie et aussi la direction d’orchestre avec Maître André Lhéry, tout en poursuivant ses études de mathématiques. Il obtient à seize ans un premier prix de piano et un premier prix de violoncelle. Au même moment, sa route croise celle d’un ami bassiste qui joue dans un des orchestres phares de la région. Ce dernier lui propose un jour de le remplacer. Jannick accepte, lui qui n’a pourtant jamais encore joué de basse électrique.

Il a l’idée d’adapter son jeu de violoncelliste sur une guitare basse tout en continuant d’accorder sa basse de quinte en quinte, comme un violoncelle. Rien ne sera plus comme avant. Mister « Big Bass » comme le surnomment les Américains bouleverse la méthodologie, la pratique et le son de l’instrument.
Il rencontre André Céccarelli en 1971 et ils forment ensemble le groupe « Troc ». En 1972, le groupe enregistre un album et se produit à Paris, dans un club. C’est là qu’il rencontre Christian Vander, batteur, compositeur et leader du groupe Magma. Le doigté, le son et l’orientation musicale prise par Jannick font de lui le bassiste idéal de Magma dans les œuvres maîtresses du groupe, « Theusz Hamtaakk, « Udu Wudu », « Mekanik destruktiwh Kommandoh » et « Khontarkosz” . Il donne avec Magma pendant 3 années, près de 200 concerts par an, en France, en Europe, sans oublier les USA.

En 1975, Jannick compose « Ork Alarm », « Mékanik machine », « KMX… », « Soleil d’Ork », « La Musique des Sphères », « Glas », « Utopia Viva » et forme un big band de dix-huit musiciens avec lequel il se produit au festival « Jazz Pulsations » de Nancy pour y créer sa composition la plus célèbre « De Futura ».
En 1976, il forme avec Christian Vander « VanderTop », ils font une série de concerts au Théâtre de la Renaissance, à Paris. En 1977 il rencontre Michel Berger et commence à participer en tant que musicien à ses albums et spectacles ainsi que ceux de France Gall, il est directeur musical de « Starmania » et « La Légende de Jimmy », à partir de 1981 il réalise tous leurs albums. En 1985 Michel Berger compose l’album Tennessee pour Johnny Hallyday, Jannick devient alors également directeur musical de ce dernier pendant près de 10 ans (Bercy, Parc des Princes).

Jannick Top a été musicien et arrangeur pour de nombreux artistes, dans divers styles musicaux : Ray Charles, Eurythmics, Ennio Morricone, Herbie Hancock, Don Cherry, Lalo Schifrin, Julia Migenez Johnson, Barbara Hendricks, Nina Hagen, Kim Carnes, Céline Dion, Francis Cabrel, Véronique Sanson, Ute Lemper, Michel Jonasz, Françoise Hardy, Bonnie Tyler, Jeanne Moreau, Jacques Dutronc, Bernard Lavilliers…
Il a participé à la direction musicale de spectacles tels que «Starmania», les Ballets Roland Petit et de Zizi Jeanmaire, «Notre Dame de Paris», «Le Petit Prince» et compose de nombreuses musiques de film, redéfinissant de plus en plus le rapport entre visuel et sonore comme vecteur et moyen d’expression à part entière.

Jannick a toujours continué sa propre recherche musicale, dans une démarche plus underground et avant-gardiste au sein des groupes Espace 4, TROC, Magma, Allien Quartet, Fusion, Decybell, STS, et a créé le label indépendant Utopic Records. Créer, transmettre et aider à redéfinir la création, sa place ainsi que celle de l’artiste créateur sont ses objectifs principaux.

 

DISCOGRAPHIE CRISTAL RECORDS

Musique-de-films-et-Jazz---Ligne-Sud-Trio----Cristal-Records
Ligne Sud Trio - Lendemains Prometteurs - Cristal Records
Ligne Sud Trio - Cristal Records